Le foot féminin : au cœur du jeu

foot-féminin-au-coeur-du-jeu

Implication des fédérations, augmentation du nombre de licenciées, Coupe Du Monde 2019 en France… Le foot féminin s’apprête à rattraper son retard sur son homologue masculin et compte bien faire changer les mentalités. Zoom sur cette discipline, ses acteurs internationaux, nationaux et locaux, qui tentent de démocratiser la pratique à leur échelle.

Nos consultants foot féminin du jour

Charline-Terki-attaquante-TFC

Charline Terki, milieu défensif au Toulouse Football Club. “Je suis une grande passionnée de foot… Et c’est une histoire de famille ! Mon oncle a évolué dans le centre de formation de Monaco, ma grand-mère était éducatrice dans un club… Pratiquer le football était une évidence pour moi, c’est venu naturellement. J’ai commencé toute petite et actuellement je joue au TFC, au niveau DH. Nous avons  terminé 1ères de notre championnat et nous sommes arrivées jusqu’en                                                                  finale de la Coupe d’Occitanie face à Montpellier.”

Emilie-Ros-meufdefoot

Emilie Ros, Digital Manager et Fondatrice de #MeufDeFoot. “Que ce soit bien clair : je n’ai jamais pratiqué le foot ! Les peu de fois où j’ai tapé le ballon, cela ne s’est jamais révélé très glorieux. Je suis une supportrice, une spectatrice, mais certainement pas une joueuse. J’ai toujours baigné dans un environnement foot, tous mes potes y jouaient, en club ou au quartier. Je ne me suis intéressée au foot professionnel qu’en 1998, une footix quoi. Pour moi le foot c’était aller voir les potes jouer, pas de places assises, debout accoudée à la barrière, les pieds                                                              sur une pelouse “champ de patates” (rires).”

Jérémie-Dussolier-responsable-technique-féminines-Blois

Jérémie Dussolier, Responsable Technique de la section féminine de l’Entente Féminine Centre Loire. “Je suis un ancien pratiquant, obligé d’arrêter à cause d’une blessure. J’ai ensuite commencé mon activité d’entraîneur auprès d’une équipe universitaire. De fil en aiguille on m’a proposé de m’occuper de sections sportives féminines. Aujourd’hui, je suis en charge du projet féminin du club de Blois et je m’y épanouie pleinement ! Le foot féminin me tient à cœur car je me reconnais dans ses valeurs. Les joueuses ont                                                                       saisi que leur pratique souffrait d’un manque de                                                                                 considération et de moyens. C’est la passion qui les réunit                                                               chaque week-end sur les terrains, elles sont là pour le jeu.”

Foot féminin : en route vers la performance 

Vous le savez surement : le football féminin a longtemps été décrié et a eu un parcours semé d’embûches avant de s’imposer en France et Europe. Arrivée dans les années 20 dans l’hexagone, la discipline est ensuite interdite sous le régime de Vichy (1941) : le football est même jugé nocif pour les femmes ! Mais c’est grâce à la persévérance des pratiquantes qu’entre les années 60 et 70, les fédérations anglaises, allemandes, italiennes et françaises reconnaissent le foot féminin (enfin !). Les compétitions féminines internationales ne seront démocratisées qu’en 1991 par l’UEFA et la FIFA et seront calquées sur le modèle masculin.

“Aujourd’hui les matchs sont plus médiatisés et plus suivis, c’est mieux. Par soucis de parité, les acteurs de l’écosystème du football professionnels étaient obligés de faire des efforts. Ces efforts ont d’ailleurs été fortement initiés par des équipes professionnelles performantes comme l’Olympique Lyonnais et bien-sûr par l’organisation de la Coupe du Monde cette année.” Charline Terki

Depuis les années 2000, la France possède cependant un des taux de pratique du foot féminin les plus bas. Néanmoins, elle compte bien rattraper l’Allemagne et la Suède, 2 pays qui dominent les compétitions internationales. Certains efforts ont été tels que l’équipe féminine de l’Olympique Lyonnais est tenante du titre de la Champions League depuis 4 ans !

“La professionnalisation de la discipline pour les filles a plusieurs années de retard on le sait. Jean-Michel Aulas a eu et a un rôle phare dans le traitement “équitable” de la discipline entre les équipes masculines et féminines. Il a fait bouger les lignes. A mon sens, deux leviers principaux subsistent : la conviction et l’argent. Il faut être convaincu pour attirer des partenaires à investir.” Emilie Ros

Des indicateurs en progression

Aujourd’hui, le nombre de femmes dans le foot bénéficie de tendances croissantes et encourageantes (chiffres de la FFF) :

  • 179 053 licenciées,
  • 37 346 dirigeantes,
  • 1 544 éducatrices,
  • 1 000 arbitres.

Selon Mme Henriques, Chargée du développement du football féminin à la FFF, le Mondial 2019, organisé pour la première fois en France, est un véritable “booster” pour améliorer l’attractivité autour de la discipline.

“J’espère un “effet Coupe du Monde” important, avec la multiplication d’ouvertures de sections féminines dans les clubs amateurs. La demande est bien présente, beaucoup de jeunes filles veulent jouer au foot : une hausse du nombre de licenciées est à prévoir.” Charline Terki

La FIFA s’implique d’ailleurs pleinement dans le développement de la pratique féminine… Découvrez la présentation de sa stratégie ici !

stratégie-fifa-2 foot féminin

“Certains dispositifs ont déjà été mis en place par les instances, comme le plan Horizon Bleu à l’approche de la Coupe du Monde, ou les aides financières pour les éducatrices qui souhaitent passer un diplôme. Cependant, je pense qu’un travail de proximité est nécessaire. Une joueuse est souvent dans l’obligation de parcourir 20-25 km pour trouver un club avec une section féminine ! Cela pourrait se manifester à travers le développement des écoles de foot ou de la pratique à l’école primaire/au collège.” Jérémie Dussolier

Des marques qui jouent le jeu

Une chose est certaine : la Coupe Du Monde 2019 va booster la pratique féminine ! Mais qu’en est-il de l’implication des équipementiers ? Aujourd’hui, le bilan semble encore mitigé : toutes les marques ne proposent pas encore des textiles adaptés aux femmes, ou lorsque l’une d’entre elles se positionne, les gammes féminines sont beaucoup plus étroites que les masculines. Néanmoins, d‘autres revendiquent les valeurs de la pratique et développent des produits très spécifiques : tel est le cas de Nike.

La marque à la virgule décline en effet sa collection Academy 18 pour les pratiquantes. Maillot de match, polo, short d’entraînement, ensemble de survêtement… Nike leur permet de s’équiper en intégralité.

équipements-football-feminin-nike
Aperçu de la gamme Nike academy 18 dédiée aux femmes

“J’espère que la France performera, beaucoup de conditions leur sont favorables : les joueuses sont à la maison, elles arboreront un maillot Nike spécialement conçues pour elles, l’engouement national est plutôt important.” Charline Terki

Nike, équipementier officiel des Bleues, s’investit beaucoup pour le développement du foot féminin et plus généralement du sport féminin. La marque a d’ailleurs créé des spots publicitaires aux allures féministes, mettant en scène de grandes championnes comme Serena Williams et Simona Halep ; ou alors des athlètes qui tentent de faire bouger les choses telles qu’Ayesha McGowan (cyclisme), Sarah Reinertsen (triathlon), à travers ses vidéos « Dream crazier » (rêver plus fou) et un slogan « It’s crazy until you do it » (c’est fou jusqu’à ce que tu le fasses).

Découvrez le dernier spot « Dream Further » réalisé à l’occasion de la Coupe du Monde féminine :

“La médiatisation de l’événement va donner envie aux filles de s’identifier aux joueuses et de pratiquer le football. La discipline aura bénéficié de beaucoup de visibilité… Les demandes de licences à la rentrée de la saison vont grimper !” Jérémie Dussolier

Allez les Bleues

Quels sont vos pronostiques pour cette Coupe du Monde ?

“Je vois la France arriver jusqu’en finale. Malheureusement je pense que l’Allemagne ou les Etats-Unis gagneront. Quoique les Hollandaises et Brésiliennes sont également de très bonnes chalengeuses… Je pense que nous aurons quelques surprises !” Charline Terki

“Je pense que les Françaises s’arrêteront en demi-finale. Cette année je vois bien l’Espagne devenir championne du monde !” Jérémie Dussolier

“Je suis chauvine donc sans aucune objectivité : la France Championne du Monde ! Je n’y peux rien je n’arrive pas à penser autre chose ! Gardez la coupe à la maison, allez les Bleues allez !” Emilie Ros

 

Le football féminin réunit les supporters et les joueuses autour de valeurs fortes : passion du jeu, diversité, cohésion… Une chose est sûre : le mondial lui garantira une visibilité importante à l’échelle nationale et internationale. En outre, les actions et l’implication des clubs, des fédérations, des équipementiers, donneront toutes les cartes à la pratique féminine pour gagner du terrain et s’imposer enfin comme égale au foot masculin… Allez les Bleues !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *