Acheter les équipements sportifs pour vos adhérents, c’est LE casse-tête de la rentrée ! Trouver le bon produit, être dans les temps, ne pas se faire avoir sur les prix, réussir à satisfaire tous ses licenciés… Autant d’objectifs qui représentent de bonnes grosses galères.

Comme on est sympas chez LCDS, on a décidé de vous simplifier la vie en vous livrant nos meilleurs conseils pour commander de l’équipement sportif ! Qui mieux que le premier comparateur de prix entre équipementiers pour vous conseiller ?

1. Ne pas choisir le premier distributeur qui répond

« A la première réponse de distributeur, tu ne t’arrêteras pas »

Lorsqu’on cherche à commander et faire des achat d’équipements sportifs pour un club ou un événement, l’idéal est alors de demander l’avis de plusieurs professionnels. Ainsi, on se retrouve avec différents conseils, différents produits et surtout… différents prix.

Restez cool ! Certes, vous avez envie de boucler le dossier rapidement, de vite recevoir vos équipements et de pouvoir gambader promptement dans ce joli ensemble training avec votre équipe… Mais puisque tout vient à point à qui sait attendre, le premier conseil de la Team LCDS sera de ne pas se précipiter en validant le premier devis reçu. On préférera donc attendre un peu pour avoir plusieurs offres à comparer ! Dans le cas de notre comparateur, 48H et 3 devis minimum. Sinon nous relançons nos distributeurs !

2. Porter attention au choix de la matière

« Au choix de la matière tu veilleras » 

Là, on est sur du B.A-BA ! Il est vrai que, pour chaque sport, pour chaque activité, les équipementiers proposent des matières adaptées aux mouvements et aux contacts des sportifs. Selon la technicité du textile varient prix et performance. Il est donc très important de comprendre de quel type de vêtement on a besoin.

Pour vous aider, LCDS a concocté un article sur mesure à propos les différentes spécificités textiles :  Les tendances de la rentrée en équipements sportifs. 

3. Valider un B.A.T. avant de commander des produits marqués

« A cheval sur le BAT, tu seras »

Modèle, ok… Couleur, ok… Quantité, ok…  Marquage, ok… Validé ?! 

Un marquage, ça ne s’évoque pas simplement en discutant. Il faut aussi un visuel pour appui, qu’on appelle le B.A.T. : Bon A Tirer (… des impressions*). Tant qu’il n’est pas visualisé et validé bon pour accord, on ne lance donc surtout pas sa commande.

Alors, si tu ne veux pas te retrouver avec un marquage « Comité des Amis de la Pétanque » derrière les maillots de ton équipe de pom pom girls, demande bien un B.A.T avant de valider la commande ! On n’est jamais trop prudent pour l’achat d’équipements sportifs. 

4. Choisir le ou les meilleurs distributeurs des marques

« En direct avec la marque, rarement tu seras »

Premièrement, les marques se servent de distributeurs pour diffuser leurs produits sur le marché aux clients. En effet, même s’il se peut que parfois vous soyez en contact avec un commercial de la marque, ce sera (99% du temps) bien un distributeur qui vous facturera.

En somme, c’est donc au choix de ce distributeur que vous devez veiller, puisque chacun a des remises différentes en fonction du volume d’achat qu’il réalise chez la marque.

Bien sûr, LCDS est là pour vous proposer les meilleurs distributeurs de chaque marque afin de traiter avec celui qui conviendra le mieux à votre besoin.

5. Ne pas décomposer sa commande sur plusieurs distributeurs

« La mutualisation de la commande, tu pratiqueras » 

Le matériel chez Sport 2000, les ballons chez Décathlon et le textile chez Intersport… 

Non, on évite d’étaler son volume sur différents distributeurs ! C’est pourquoi, l’idée est au contraire de grouper au maximum la commande de manière à optimiser sa remise. Plus on fait l’achat d’achat d’équipements sportifs au même interlocuteur, et plus on économise.

6. Ne pas passer commande au dernier moment

« La deadline, en tête tu garderas » 

4 jours, oh non, c’est long je ne peux pas attendre !

On parle de commandes d’équipements pour la prochaine saison du club, ou de t-shirts pour une course : la deadline, on ne peut pas la modifier ! Et donc, si tu commandes une semaine avant, non tu n’auras pas tes t-shirts pour l’événement…

Alors, si tu ne veux pas passer pour un gibon, comme on dit chez les stéphanois, le mot d’ordre c’est AN-TI-CI-PA-TION 

7. Ne pas succomber aux mauvaises bonnes affaires

« Aux cadeaux et remises, tu ne succomberas pas »

15% de remise sur la commande et un jeu de maillots offerts ? Super affaire ! Euh… Est-ce qu’un bon vieux coup de calculatrice ne serait pas utile ?

L’idée est de ne pas se laisser avoir par le côté BIG PROMO mais de penser BIG DEAL. En effet, la remise ou l’article offert ne valent parfois pas le coup par rapport à une promotion sur le total de la commande !

8. Pas de contrats sur plusieurs années

« Les contrats, tu ne signeras pas »

Parfois, les distributeurs proposent de signer le contrat sur plusieurs années. Alors ok, le prix parait intéressant et on va pas se mentir, chercher le bon distributeur prend du temps, alors autant galérer une bonne fois pour toutes puis être débarrassé pendant quelques années…   

OUI CHEF ! Mais signer pour trois ans en X, c’est un risque de se retrouver engagé dans un contrat qui ne nous convient pas sur le long terme. Parce que c’est comme en amour : on fait plutôt le canard au début puis on se laisse carrément aller pour la suite…

De toute évidence, l’interlocuteur sera sûrement très attentif à vos demandes et beaucoup derrière vos besoins la première année ; mais se fera bien souvent beaucoup plus rare une fois le contrat signé. En outre, on privilégie donc les commandes simples et on évite les contrats.

9. Ne pas comparer ce qui n’est pas comparable

« Twingo et Ferrari, tu ne compareras pas »

« On ne compare pas une Twingo avec une Ferrari ! »

On oublie l’idée de ne se fier qu’au prix sans prêter attention au contenu. Par exemple, comparer un marquage en broderie avec du flocage… On ne parle pas que de marquage, mais de deux techniques très différentes !

Alors, on regarde bien de quoi il s’agit avant de considérer un prix.

10. Ne pas commander des produits en fin de vie 

Eh oui, on le sait, les produits sportifs ont des durées de vie ! Lorsqu’on commande il faut aussi vérifier leur date de fin de production : si le modèle de short que vous avez choisi disparait en 2018, ne vous attendez pas à avoir du réassort en fin d’année 2017. Encore une fois, on s’informe, on communique et on garde en tête sa deadline de livraison !

 

BONUS :

« Le distributeur je le connais bien, c’est mon pote »

« En affaire, aucune amitié tu ne favoriseras » 

No way, dans le business, pas d’amis !  Tu penses que ta remise est imbattable ? Faux ! Donc, viens faire un tour sur LCDS et tu verras que le « super tarif » que ton pote t’a proposé il y a cinq ans est bien au-dessus des prix du moment.

Donc, on ne reste pas sur ses acquis et on n’hésite pas à demander plusieurs devis pour comparer ce qu’on a versus ce qu’on pourrait avoir ailleurs. Et pour réaliser une demande de devis sur la plateforme LCDS, c’est par ici ! 

Demandez un devis

Et oui, à LCDS on laisse pas bébé dans un coin !  Sinon, encore à la recherche du meilleur distributeur pour commander les équipements pour votre club ou événement ? LCDS vous propose gratuitement un large choix de produits pour l’achat d’équipements sportifs, textiles publicitaires sur sa plateforme : LaCentraleduSport.fr

 

Tu ne connais pas le principe de La Centrale du Sport? Un article explicatif a été écrit pour toi ! ♥ Lien : LA CENTRALE DU SPORT, comment ça se passe ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *